Tendance Culture

Kundé d’or 2008/Comme nous l’avions prédit

Comme nous l’avions prédit

L’artiste musicien YONI est depuis le vendredi 25 avril 2008, le Kundé d’or de la musique burkinabè. Un triomphe qui ne nous a pas surpris puisque, dans un de nos articles, nous prédisions que l’artiste avait les faveurs des pronostics. Pour une fois donc, le choix du public aura concordé avec celui du jury mettant du même coup, tout le monde d’accord.

Yoni confirme par le Kundé d’or 2008 que son titre de Kundé de l’espoir en 2005 était mérité.

Pendant que les amoureux de la trompette, de la flûte, de la guitare basse et solo se la coulaient douce du côté du centre culturel Georges Méliès, jazz à Ouaga oblige, le cœur de Améty MERIA, Baz BILL, et de YONI, battait plus que la chamade. La raison était toute simple : un jury devait décider de qui des trois allait être pour 365 jours, le porte étendard de la musique burkinabè. Pour l’édition 2008, le commissariat des Kundé a vu grand. C’est la salle climatisée du SIAO qui a accueilli l’évènement. Les petits plats ont été mis dans les grands pour assurer le show. Des artistes internationaux de renoms tels Aicha KONE, San Fan Thomas, Magic Systèm, ont apporté leur grain de sel pour agrémenter la sauce. C’est vrai, le public aurait voulu que Magic Systèm preste au moins deux fois et surtout joue son morceau fétiche «tapé dos», que San Fan Thomas et la diva Aicha KONE, aillent au bout de leurs tubes au lieu des pots pourris qui ont été servis mais, hélas, l’organisation en a décidé autrement et c’est peut-être tant mieux car plus on reste sur sa faim plus on en redemande et l’événement reste à jamais gravé dans la mémoire. Toujours est-il que la soirée fut féerique et chaque participant en a eu pour son compte, la communion ayant été faite entre jeune et vieille générations. L’autre nouveauté à féliciter, c’est le featuring qui a réuni sur le podium burkinabè et ivoirien pour chanter la paix. Floby, Sissao, l’enfant Siro, la Diva, etc. ont touché le public et les téléspectateurs par la sensibilité et l’originalité de leur action. Une originalité qui doit être encouragée et surtout se concrétiser par un album qui à coup sûr prendra et fera date dans les annales de l’histoire de la musique dans les deux pays frères et voisins.

Les K-Djoba ont été sacré Kundé de l’Espoir. Arriveront-ils comme Yoni à confirmer leur talent avec un Kundé d’or? L’avenir nous le dira.
Revenant à l’objet même de la soirée, il faut dire qu’au fur et à mesure que l’on avançait dans le spectacle, trois personnes devaient avoir le cœur à la gorge : les trois nominés. Le suspens était grand d’autant que tous les trois pouvaient prétendre au sacre, leur production récente étant à succès.
Cependant, lorsque fut distinguée Améty MERIA du Kundé de l’artiste féminin de l’année, les observateurs avertis savaient dès lors que les dés étaient jetés et que le Kundé d’or 2008 devait choisir entre Baz BILL et YONI. Dès lors que la diva de la musique burkinabè n’était plus dans la course, YONI se présentait seul dans le boulevard du succès. Et pour cause, les votes par SMS le donnaient déjà en tête. Et mieux, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de lui le nouveau roi de la musique burkinabè. En 2005 il a été sacré Kundé de l’espoir. Le milieu du show-biz attendait son retour avec impatience. La sortie de son album «Koglego», deuxième de sa carrière est venue confirmer son talent d’espoir de la musique burkinabè. C’est donc sans surprise que YONI a été sacré. Ainsi, nous n’avons pas prêché dans le faux car dans «L’Opinion 448» nous annoncions que l’artiste YONI partait avec les faveurs des pronostics. La fête est donc finie, et YONI a triomphé. Cette année, l’enveloppe du Kundé d’or s’est alourdie (1 000 000 FCFA) sans oublier le prix du public que l’opérateur de téléphonie partenaire des Kundé offrait : 400 000 FCFA + un portable haut de gamme + 100 000 FCFA de communication. Le gain est donc juteux. Au-delà, c’est la musique burkinabè qui a triomphé.
Les Kundé s’installent définitivement comme la plus grande fête de la musique burkinabè. L’organisation doit gagner constamment en professionnalisme et puisqu’il s’agit de compétition, il y a nécessité de coller avec les réalités ambiantes
en établissant des critères d’appréciation qui ne souffrent pas de contestation.
Cette dernière remarque qui suscitait en nous inquiétude est revenue par la
bouche du président du jury Rémy DANDJINOU, qui a demandé au commissariat des Kundé de revoir les critères qui prévalent à la sélection des nominés. Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas convoquer un atelier ou une journée de réflexion pour que les acteurs concernés se penchent sur la question ? Commissariat général des Kundé, la balle est dans votre camp.o

Par Frédéric ILBOUDO



02/05/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres