Tendance Culture

Les « piquants » de la fête de la culture

Les « piquants » de la fête de la culture

 

La biennale de la culture burkinabè est à son paroxysme. Au cœur de la fête deux innovations. Dans la musique traditionnelle, volet art du spectacle, le balafon a fait son entrée. Dans  l’arène,  et au  niveau du concours du tir à l’arc l’entrée des filles dans les compétitions marque le début d’une nouvelle ère dans la fête de la culture.

 

 

Ils sont au total 98 lutteurs issus de 14 provinces du Burkina qui prennent part à ces compétitions. 131 combats en catégorie jeune et adulte se sont livrés dans l’arène. La province du Nayala reste, comme à chaque édition, la province fortement représentée avec 30 lutteurs qui devront défendre chèrement le renom de la province. L’innovation majeure à cette édition c’est la participation des jeunes filles. Au nombre de 13, elles sont toutes originaires du Nayala  et du Sourou creuset  de la lutte traditionnelle de notre pays.  Elle inaugure par leur présence à cette biennal une nouvelle ère. Il leur appartient de défendre l’identité de la femme et celle de leur province  pour donner raison à ceux qui ont eu  cette initiative. Les premiers combats  qu’elles ont livrés fait honneur à la gente féminine. La  question genre est respectée dans le sport traditionnel qu’est la lutte et du tir à l’arc.

La préservation de l’héritage et du patrimoine culturel traditionnel des instruments de musique de notre pays fait partie des objectifs de la SNC. C’est ainsi qu’une place de choix est donnée à cette 14ème édition au Balafon.

Un stand destiné à la promotion du balafon à la foire de la littérature, c’est ce qu’il y avait de plus insolite à l’ouverture de la foire le mardi 24 mars 2008 au CCF Henri Matisse de Bobo. C’est l’association MARIMBALOFON, association pour la promotion du xylophone, marimbas et balafon qui a choisie cette tribune de la foire de la littérature pour mieux valoriser cet instrument. A cette semaine de la culture, l’association expose dans son stand des photos de balafon de différents pays d’Afrique et de la diaspora. Des CD audio sont également proposés aux visiteurs de la foire. En choisissant de sponsoriser à cette édition trois prix l’association, représentée par M Mamadou Koladé démontre toute l’importance de l’innovation faite dans le domaine de la musique traditionnelle, volet art du spectacle. L’association a décidé de sponsoriser trois prix dans trois catégories. Il s’agit un prix récompensant le groupe de balafon qui se distinguera par la maîtrise essentielle du balafon. Le deuxième  récompense le groupe de balafon qui se distingue par sa chorégraphie dansée sur le balafon. Le troisième prix va récompenser, le plus jeune joueur qui se distinguera par sa virtuosité dans l’art de jouer le balafon. La semaine nationale bat son plein et ces innovations sont venues apporter un peu de piquant à la manifestation.  Il n’y a qu’a voir l’engouement qui se vie au tour de l’arène, au niveau du stand du balafon et sur le site du tir à l’arc.



27/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres