Tendance Culture

Profession : cavalière

Profession : cavalière

Texte et photos: Frédéric Ilboudo

À l’état civil, la princesse, dans La Geste des étalons, s’appelle Alice Zongo. Du haut de ses vingt-cinq ans, cette jeune femme frêle (1,60 m pour 60 kg) manie le mors de ses chevaux comme Joël Rebuchon, en cuisine, ses louches. “Ma passion pour les chevaux remonte à ma plus tendre enfance, raconte t-elle. Mon père était le propriétaire d’un cheval, et c’est lui qui nous a initiés à l’art de l’équitation.”

Très vite, la dextérité d’Alice s’affirme. L’équitation devient une passion qui la conduit, dès l’age de douze ans, à préférer la compagnie des chevaux aux jeux des filles de son âge. Ni les crottins ni les risques de toutes sortes ne découragent la jeune cavalière, résolue à se faire une place dans ce milieu masculin. C’est au milieu des chevaux que se forgera son destin. “Quand elle venait chez nous, à l’écurie, on avait peur pour elle, raconte un des cavaliers de l’Écurie mandingue. Mais elle était tellement déterminée qu’on a fini par l’encourager.” Une passion dévorante qui n’empêche pas Alice Zongo d’obtenir un diplôme en hôtellerie au terme de trois années d’études.

C’est à la suite d’un casting que sa vocation s’affirme: “Un jour, un ami est venu m’informer qu’une troupe théâtrale cherchait une cavalière pour une création. Je suis allée au casting et j’ai été retenue. Il s’agissait de La Geste des Étalons.” Débute alors pour elle une aventure inespérée: sur scène, Alice montera trois chevaux – un noir, un roux et un gris. L’histoire de la princesse qu’elle incarne dans la pièce de Luis Marquès et Amadou Bourou se rapproche de celle de la princesse Yennenga, mère de Ouédraogo, le fondateur du royaume mossi.

Après cette première expérience, Alice ne compte pas s’arrêter là. “De temps en temps, je me dis qu’il faudrait que je passe à autre chose, mais les chevaux me retiennent.” Pleine de modestie, elle ne s’enorgueillit pas de son parcours: “C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de femmes dans le milieu de l’équitation, mais ça ne fait pas de moi pour autant une exception. D’autres femmes peuvent le faire; il suffit qu’elles s’arment d’un peu de courage et de volonté…”



04/12/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres