Tendance Culture

Bisbille à Telecel Faso/

 

 Et si on jouait balle à terre                           

 

Telecel Faso est encore dans le tourment. Hier c’était les actionnaires qui  salissaient le nom de la maison pour une question de représentativité. Aujourd’hui ce sont les travailleurs à travers le collège des délégués, qui affrontent l’administrateur provisoire pour abus d’autorité. Conséquence, Telecel est traînée dans la boue. Ce qui couvait encore au sein de la l’entreprise est désormais porté à la place publique. Le collège des délégués de personnel a rencontré les médias Jeudi 29 mai 2008 pour le grand déballage.   

 

Un adage mossi dit « Si la pluie bat quelqu’un et son ennemie, évitez de battre une deuxième fois car ça causera encore plus de dommages » Et ce sont ces dommages que le collège des délégués de personnel de Telecel Faso conduite par le coordonnateur M Adolphe Sidibé et l’administrateur provisoire Mme Françoise Toé dans leur bisbilles sont en train de faire. En accusant l’administrateur provisoire d’abus d’autorité, de comportements divisionnistes, M Adolphe Sidibé et les siens jettent de nouveau, leur outil de travail, dans un contexte marqué par une   haute concurrence en pâture. A coup sur l’histoire de cette boîte ferra les choux gras de leurs contempteurs. Suivez mon regard. Mais pouvais t’il en être autrement ? A suivre les travailleurs, non. Et pour cause, selon eux : « elle néglise le collège des délégués pour s’adresser directement  au personnel, c’est le cas par exemple quant il s’est agit de la question du bonus. Elle prend des décisions stratégiques portant sur le budget ainsi que sur l’organigramme de l’entreprise, sans consulter le collège des délégués. Au regard de tous ces aspects, nous avons estimé que l’administrateur provisoire qui disait qu’elle n’avait pas compétence pour gérer nos revendication, peut réexaminer notre plateforme de 25 points laisser en souffrance, surtout qu’elle ne demande qu’un peu de bonne volonté. Sinon, le personnel se réserve le droit de s’inscrire dans une logique de grève ». Mais, au-delà de la plateformes revendicative, visiblement, le point division  de cette guéguerre est sans conteste l’affectation du sieur Oumar Bonkoungou du poste de directeur des ressources humaines à celui de responsable à la sécurité. C’est donc la goutte d’eau qui a débordé le vase. Les travailleurs à travers le collège des délégués s’inquiètent    « le climat de travail est devenu malsain. On a peur. Mme l’administrateur nous menace… ».  Mais Mme Françoise Toé voit l’affaire autrement.   « Je ne suis pas là pour faire la chasse aux sorcières, je suis là pour administrer, le temps que la justice tranche sur l’affaire qui oppose les actionnaires. C’est ce que j’ai dit aux travailleurs à ma prise de fonction. Il y a certaines exigences des travailleurs que je ne peut pas satisfaire eu égard de ma qualité d’administratrice provisoire. Sur la question du bonus par exemple, l’actionnaire majoritaire qui était Atlantic a proposé un demi mois de salaire que j’ai refusé. J’ai pris sur moi de distribuer l’équivalent d’un mois de salaire.. Ce que le collège des délégués a trouvé insuffisant. Les délégués ont exigé 10 mois  de salaire. C’est pourquoi j’ai proposé aux travailleurs en faisant circuler une liste pour que ceux qui sont d’accord pour percevoir le bonus d’un mois puissent s’inscrire sur une liste. Le bonus  a été distribué au mois de mars, avril.  Ce que les délégués ne disent pas c’est que les autres années le bonus était distribué au plus méritants et pas à tout le personnel. » Mme s’est dit disposé a examiner la plateforme revendicative, mais qu’il n’était pas question de revenir sur les décisions d’affectation. A régime exceptionnel, mesures exceptionnelles. Pourrai ton dire alors  « J’ai été amené a effectué une affectation. C’est cette affectation qui a été  récupéré pour des motifs inavoués. Mais ils disent que c’est arbitraire. Où est ce que vous avez vu qu’une affectation est arbitraire ? Comment ils peuvent apprécier le caractère arbitraire d’une affectation ? En tant qu’administrateur, j’ai estimé que le poste de directeur des ressources humaine était suffisamment importante et commande qu’il y ait un travail de confiance, et de réactivité de la part de l’intéressé. Or ce n’est pas le cas. J’ai jugé que M Oumar serait plus apte ailleurs qu’au poste de DRH »    Elle dit avoir reçu des menaces publiques de la parts de certains délégués c’est pourquoi elle estime que cette guéguerre que vit l’entreprise est plutôt personnel et va au-delà du cadre d’une lutte syndicale.  C’est en   janvier 2008 que  Telecel Faso est  entrée sous administration provisoire. En moins donc de 2 ans, cette boîte aura connu deux crises en son sein. Alors même qu’on ignore encore l’issue de ce tiraillement l’on se demande a quoi rime tout ce raffut ? Il est temps de jouer balle à terre si l’on veut véritablement sauver les meubles.

Frédéric ILBOUDO



05/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres