Tendance Culture

SNC 2008/Rendez vous est pris pour 2010

 

Rendez vous est pris pour 2010

 

Les lampions de la 14ème édition de la semaine nationale de  la culture se sont éteints le 29 mars 2008 au rond point Mollo Sanou, là même où ils s’était allumés 7 jour au par avant. Une dernière messe qui a été dite avec le parrain la communauté des artistes et du premier ministre Tertus Zongo qui a rehaussé l’éclat de la cérémonie de clôture par sa présence. A peine les lampions éteints que l’on pense déjà à la SNC de 2010, celle du 21ème siècle.

 

 Le ministre de la culture Fillipe sawadogo,  pendant son discours de clôture

 

Tout est bien qui fini bien. La semaine nationale de la culture a connu on apothéose le samedi 29 mars 2008. Pendant une semaine, la ville de Bobo a rythmé au pas de danse, aux mélodies, aux jeux d’acteurs, aux saveurs, bref aux fermants de la culture des 13 régions de notre pays. Pendant  7jours,  les artistes se sont donnés, ils ont livré ce qu’ils avaient de meilleurs en eux pour convaincre et le public mais surtout le jury.  Un travail de qualité qui a été reconnu unanimement par l’ensemble des acteurs culturels « La qualité des prestations il faut le dire ont atteint cette année qualité rarement atteint par les 13 autres éditions », a soutenu un administrateur culturel. Que ce soit les grands prix nationaux des arts et des les lettres, que ce soit en art culinaire, au niveau des sports traditionnels, les compétitions étaient très enlevées. Ce qui fera dire le ministre de la culture : « La recherche de l’excellence ne  doit pas être incompatible avec la tradition des échanges et des témoignages. La compétition ne devrait pas être l’unique préoccupation des artistes ; chacun étant meilleur dans ce qu’il fait au fond de lui même». En claire, à cette SNC, personne n’a perdu, personne n’a gagnée. Seule la culture burkinabè sort  ennoblit, enrichie, promue.  

D’où

Compagnie Dankan lauréate en création chorégraphique en prestation pendant la nuit des lauréats

 

l’invite du ministre de la culture à penser la SNC du 21ème siècle. « Je voudrais vous inviter à repenser avec nous la SNC du 21ème siècle… La SNC sera reformulée avec un nouveau type d’animation mettant l’accent sur les régionales conçu comme des points d’ancrage des originalités de nos différents pôles… Au rendez vous de 2010, la SNC aura 27 ans ; un âge majeur et de responsabilité. Ce sera l’occasion de consacrer une institution qui a rassemblé des hommes, qui a créé des repères, qui a donné des raisons d’espérer à des milliers d’artistes et de burkinabè et qui a ouvert notre pays au souffle du monde… »  Il faut inventer dès lors d’autres voies, d’autres pistes, d’autres contenus afin de construire sur du roc. Le ministre avait d’ailleurs donner le ton  de cette révolution à travers une conférence de presse où il avait fait un certains nombre de propositions. « Il s’agit maintenant de travailler à professionnaliser davantage la SNC avec par exemple une réduction du temps de prestation des artistes de 15mn à 5mn, tout en oeuvrant à la qualité de l’occupation scénique et de l’accoutrement  des artistes…Nous allons créer un marché du GPNAL, car la SNC est et doit être le lieu de la défense de la culture du Burkina et nous devons savoir vendre notre culture qui est une richesse inestimable ». Fillipe savadogo s’est dit ouvert aux critiques afin de donner une nouvelle impulsion à la SNC.

 

Guira Maimouna lauréate de la chanson moderne

 

 

Au soir du 29 mars 2008, concert, nuit des lauréats, et feux d’artifices sont venus illuminer pour la dernière fois, le ciel de la ville de Sya. Une ville de Sya qui a  apporté au Burkina, le temps d’une semaine, « la réconciliation avec nous même et  les ancêtres » dira Fillipe Savadogo

Frédéric ILBOUDO  



02/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres