Tendance Culture

M Thierry MOUNGAWA, ministre congolais des Postes et TIC/«Toutes les conditions sont réunies pour attirer les investisseurs au Congo»

M Thierry MOUNGAWA, ministre congolais des Postes et TIC
«Toutes les conditions sont réunies pour attirer les investisseurs au Congo»

Présent au Burkina dans le cadre du forum des meilleures pratiques en matières des TIC organisé par le Burkina, Microsoft et l’Union européenne, le ministre congolais des postes et TIC malgré son calendrier très chargé a daigné répondre à nos questions. C’est un ministre, jeune, calme, discret, attentif, ouvert, très alerte sur les questions des TIC, qui nous a reçu à son hôtel. Dans cet entretien, M. MOUNGAWA parle du projet qu’il porte pour son pays en matière des TIC, de l’importance du forum de Ouagadougou, etc.

Que retenez-vous du forum de Ouagadougou sur les meilleures pratiques en matière de TIC ?
M. Thierry MOUNGAWA (T.M) :
Quand vous réunissez sur un plateau unique les représentants de gouvernements, les opérateurs privés et publics, les partenaires au développement, les organisations internationales et celles de la société civile, vous avez là le panel complet de tous ceux qui peuvent enrichir de par leurs contributions, la problématique du développement des TIC en Afrique. C’est vous dire donc que, que ce soit sur le plan organisationnel, de forme comme dans le fond avec les débats, le forum est une réussite.

Quelle expérience votre pays a-t-il apportée et veut partager avec les autres ?
T.M :
Nous n’avons pas de manière formelle apporté une expérience, puisque vous avez vu que dans le programme un certain nombre de pays ont été ciblés et ont été prévus. Simplement, je ne peux que évoquer, en terme d’expérience, le fait que mon pays le Congo, courant 2007 a organisé les élections législatives et que dans ce cadre-là nous avons mis en place un embryon que moi je qualifie de e-gouverment, dans la mesure où nous avons pu développer une collecte de données notamment en matière électorale, à l’intérieur de notre pays avec l’utilisation des outils comme Internet, et l’utilisation d’un outil en intranet téléphonique quasiment. Ce qui aujourd’hui va nous servir de base de travail, pour le développement demain de notre outil de communication intra gouvernemental si cette expérience peut être capitalisée pour nous, comme une bonne pratique en matière d’utilisation des TIC.

Vous venez de parler développement ; à quel niveau se situe votre pays en matière de vulgarisation des TIC ?
T.M :
Nous sommes, à l’instar de la plupart des pays africains, confrontés à une réalité, c’est que tout est à faire. D’abord en terme d’infrastructures, ensuite en terme de contenu, et enfin en terme de cadre juridique. Bien sûr ces trois points là nous travaillons d’arrache-pied pour nous situer à la hauteur des défis qui sont les nôtres. Les infrastructures, nous sommes en train de les moderniser, à l’image de ce que vous êtes en train de faire ici au Burkina avec la fibre optique. Et bien, nous utilisons les mêmes procédés. Les conditions juridiques sont en train d’être redéfinies, avec un cadre juridique conforme aux standards internationaux, notamment par la prise en compte du partenariat public/privé. Enfin, sur le plan des contenus, l’utilité de ces genres de forums c’est de nous permettre d’anticiper sur l’arrivée des infrastructures et de l’outil pour que nous puissions, avec tous les partenaires opérationnels qui existent, commencer à réfléchir sur l’étape suivante qui est celle de la détermination des services utiles et accessibles à nos populations à travers ces contenus-là.

Si Microsoft veut intervenir dans votre pays, quel domaine ou quel secteur leur conseilleriez-vous ?
T.M :
Nous sommes déjà en discussion avancée avec Microsoft, et je réserve à nos interlocuteurs le fond des préoccupations qui sont les nôtres en tant que gouvernement. Simplement, il n’y a pas de secret. Nous savons tous quels sont les domaines d’activités de Microsoft, il ne s’agit pas pour nous de demander à Microsoft des équipements lourds de type fibre puisque ce n’est pas leur métier, il s’agira pour eux de nous fournir des services qui sont en rapport avec leurs domaines d’intervention. Nous sommes en discussion à la fois fertile et avancée avec eux.

Nous savons tous que Microsoft est avant tout un commerçant. Est-ce que vous croyiez, vous en tant que responsable africain à ce regain d’intérêt que ce commerçant a pour notre continent?
T.M :
Je crois qu’il faut que nous puissions noter que pour nos amis de Microsoft dans leur conception anglo-saxonne qui estpragmatique, c’est de rechercher des accords gagnant gagnant, «win-win». Mais nous, qu’est-ce que nous avons à gagner d’un partenariat ? C’est gagner d’abord du temps parce que ce sont des professionnels qui ont un modus opérandis qui est connu et pour lequel il n’y a pas de surprise. Gagner du temps c’est aussi avoir accès à des outils performants, c’est quand même le premier fournisseur d’un certain nombre de services multimédias au monde. Et du point de vue de Microsoft il est évident que, et c’est pour cela que je parle d’un partenariat gagnant gagnant, la contrepartie c’est d’obtenir de la part d’un certain nombre d’Etats africains, un certain nombre d’engagements. D’abord juridiques sur la protection de leurs propriétés intellectuelles, c’est quand même un fabriquant de logiciels et il faut le souligner, et deuxièmement, c’est aussi la possibilité pour eux de participer à l’élaboration de ce fameux cyber gouvernement, qui doit être demain, la matrice autour de laquelle nous allons moderniser nos Etats. C’est ça l’accord gagnant gagnant.

Votre pays est –il politiquement stable pour attirer, monsieur le ministre, des investisseurs ?

T.M : Pour attirer des investisseurs, il faut deux conditions. La première, c’est un code des investissements qui soit incitatif. Notre code des investissements est incitatif, fortement incitatif. La deuxième chose c’est la condition de stabilité politique. Et je crois qu’il n’est un secret pour personne que sous la férule de Son Excellence monsieur Denis Sassou NGESSO, président de la République du Congo, nous avons une stabilité politique, une stabilité qui permet aux affaires de se développer dans un climat serein et apaisé. J’invite tous les investisseurs du secteur des TIC, à prendre attache avec nous puisque mon département est le point focal autour du quel est la porte d’entrée et à partir de laquelle vont se développer l’ensemble des politiques et des initiatives liées au TIC.

Monsieur le ministre est-il à son premier séjour au Burkina ?
T.M :
Je suis à mon second séjour au Burkina. Mon premier séjour je l’avais fait mais à l’époque je n’étais pas ministre mais conseiller spécial du chef de l’Etat. Et j’avais eu l’honneur de représenter dans la délégation congolaise, la composanteprésidence de la République, au cours d’un sommet spécial de l’Union africaine qui avait été convoqué par le président du Faso Son Excellence Blaise COMPAORE, en septembre 2004 avec pour thème central l’emploi des jeunes.

Comment trouvez-vous ce pays à votre second séjour ?
T.M :
Alors d’abord, que ce soit la première ou la deuxième visite, je constate toujours la même chose : un pays organisé, qui sait optimiser ses ressources humaines et matérielles. Un pays où l’espace est utilisé de manière pragmatique. J’ai noté et ça c’est un point très important, que Ouaga 2000 que j’avais visité à l’état d’ébauche, il y a trois ans et demi, est devenu aujourd’hui une véritable cité dans la cité. Je félicite et j’encourage les autorités du Faso, qui sont en train de remodeler le paysage de votre ville-capitale.o

Par Frédéric ILBOUDO



02/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1600 autres membres