Tendance Culture

Pour des chenilles, deux voisins se battent

Pour des chenilles, deux voisins se battent


Simon et Salif sont des voisins de secteur. Ils vivent ensemble depuis toujours en parfaite harmonie. Le week-end dernier, le fils de Simon âgé de 5 ans est allé chez le fils de Salif avec qui il a l’habitude de jouer. Il se trouvait que la femme de Salif avait fait sauter des chenilles. Elle en servit au fils de Simon qui s’est régalé sans problème. Au moment de partir à la maison, elle en mit dans un sachet qu’elle remit à l’enfant. Lorsque celui-ci arriva à la maison son père était assis sous le hangar en train de lire ses journaux, sentit brusquement l’odeur du «chitoumou» envahir le coin. Simon, le père, ne comprit rien et demanda à son enfant ce qu’il avait dans le sachet. Celui-ci s’approcha et vint lui présenter les chenilles. Simon sauta de sa chaise, prit le sachet qu’il balança par-dessus le mur. L’enfant, paniqué, ne comprenait rien. Son père lui demanda qui lui avait remis ces chenilles. Il indiqua la cour voisine. Simon y partit faire tout un scandale alors que le chef de famille, son voisin Salif, était absent. Sa femme tenta de lui faire comprendre qu’en fait ce n’est pas la première fois que son enfant consommait du «chitoumou» chez elle. Cela irrita davantage Simon qui est reparti chez lui, tout en promettant de revenir dès que Salif serait de retour.
A l’arrivée de Salif, lorsque sa femme lui expliqua le scandale que le voisin était venu faire chez lui, il sortit immédiatement pour le rejoindre. Les deux voisins faillirent en venir aux mains n’eut été la compréhension de leurs épouses respectives qui les en dissuadèrent.
Simon dit qu’il n’aime pas les chenilles parce que même les chiens les refusent. Malgré les vertus du «chitoumou» exposées par la femme de Salif, Simon dit NON aux chenilles. Il dit ne pas aimer leur odeur. La femme de Salif a voulu lui faire comprendre que même sa femme à lui était friande de chenilles. Mais d’un geste rapide dont les femmes seules ont le secret, cette dernière lui fit signe de se taire. En effet, son mari ne sait pas qu’elle consomme le «chitoumou». A chaque fois qu’elle en mange, elle est obligée de se brosser les dents et parfois même de se parfumer pour dissimuler cette odeur abhorrée de son mari.
Tout compte fait, les deux voisins ont fini par s’entendre sur l’essentiel. Salif a promis de ne plus laisser le fils de Simon consommer des chenilles chez sa femme.
Au grin, les gens pensent que Simon a exagéré. Si au moins il s’agissait d’une histoire de totem on pouvait comprendre son acharnement. En tout cas, tant que la mère de l’enfant elle-même va continuer de manger des chenilles à l’insu de son mari, Simon n’est pas encore sorti de l’auberge, son fils va continuer à en manger aussi. Le «chitoumou» est riche en protéines et sa consommation est sans conséquence pour la santé. C’est vrai qu’à cause de son odeur il y a certaines personnes qui ne sont pas disposées à en goutter, mais de là à casser tout, parce que son enfant a mangé les chenilles, cela est vraiment inexplicable…
En tout cas, c’est la période du «chitoumou» présentement à Bobo et les gens s’en régalent un peu partout. Au grin ceux qui refusent de consommer des chenilles refusent en même temps de prendre du thé. Ils se disent que ceux qui mangent des chenilles et boivent le thé après souillent les verres de thé. Ils ne veulent pas boire, en un mot, dans le même verre que des consommateurs de «chitoumou». Tant pis pour ceux qui ne peuvent pas en consommer, cela n’enlève rien aux nombreuses vertus des chenilles.

«Le petit fâkir, toujours dispo»



06/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1600 autres membres