Tendance Culture

"Un fantôme dans la ville"dernière livraison de Sidnaaba

  "Un fantôme dans la ville"dernière livraison de Sidnaaba

Savane FM Productions du réalisateur Zida B Sidnaba a présenté, samedi 16 février 2008, la grande première de son 4e long métrage intitulé "Un fantôme dans la ville". Les cinéphiles d'un soir se sont retrouvés à l'amphithéâtre Pawitraogo du Larlé Naaba Tigré, parrain de l'événement.

"Un fantôme dans la ville", c'est l'histoire d'une jeune fille Samira, mariée de force à un homme. Elle décède quelque temps après dans des circonstances mystérieuses. Mais par la grâce d'une fée, elle est revenue à la vie mais sous condition : ne jamais rencontrer une personne qui a assisté à ses obsèques. La trame de l'histoire, c'est qu'à chaque fois qu'elle rencontre une de ces personnes, cette dernière tombe dans une crise de folie.
Le producteur Abissi Charlemagne.

Les forces du mal finiront par disparaître grâce à la contre-attaque de Bayo le guérisseur. Ce long métrage ainsi résumé est l'œuvre de Zida Boubakar Sidnaba et de Fernand Guetabamba Ouédraogo, respectivement réalisateur et assistant-réalisateur. Le réalisateur est à son 4e long métrage. Pour cette œuvre, Savane FM Productions a décidé de jouer avec les effets spéciaux.
Ce qui lui a d'ailleurs bien réussi au regard du résultat. A l'issue de la grande première, le producteur, M. Charlemagne Abissi a dit sa satisfaction quant au produit fini. "Avec l'usage des effets spéciaux, il sera plus aisé pour les réalisateurs et les scénaristes de travailler l'esprit tranquille", a relevé le producteur. Quant au parrain, le Larlé Naaba Tigré, il a surtout apprécié la leçon du film : "Ce film nous enseigne la prudence qui est mère de sûreté et de sécurité. A travers ce film, nous comprenons que les mêmes phénomènes qui ont toujours existé du temps de nos grands-parents peuvent se manifester au 21e siècle.
Il nous enseigne qu'il faut mener sa vie de façon prudente. Ce film est très vivant du début à la fin".
Le film "Un fantôme dans la ville" a reçu l'apport de comédiens bien connus à l'image de Alima Ouédraogo, Odila Yoni, Yacouba Barry , Abdoulaye Komboudri. Il a coûté la bagatelle somme de vingt quatre millions de francs CFA.
Les cinéphiles ouagalais l'auront dans les salles de projection à partir du 25 février 2008.



25/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1599 autres membres